Notre folle équipe #5 : Rich, notre développeur web

NOTER CET ARTICLE :
[Total des votes : 10]

Il est le doyen de l’agence et pourtant le plus farceur. Il se cache derrière des codes informatiques complexes, here he is… Rich alias Richy ! À travers cet article, vous allez découvrir notre développeur web tout droit venu des États-Unis et son quotidien. Are you ready ?!

Pour commencer, peux-tu nous raconter d’où tu viens, ton parcours & tes passions ?

Né en France, à Nice, mes parents m’ont kidnappé quand j’avais seulement un an. Ils m’ont embarqué de force aux États-Unis où j’ai grandi dans la belle ville de Buffalo dans l’état de New York, non loin des chutes du Niagara et de la frontière canadienne. Je leur ai échappé à mes 21 ans et je suis revenu en France, yes yes i’m back !

J’ai pu me balader sur l’ensemble du territoire français (accompagné de mon accent américain) grâce à mon activité d’arbitre de hockey sur glace pendant près de 15 ans. J’ai également visité pas mal de pays d’Europe en tant que joueur d’ultimate frisbee !

Une chose est sûre : j’adore la France ! Ce pays possède un nombre incroyable de paysages magnifiques & très variés dans un espace réduit (ça change du pays de l’Oncle Sam !). D’ailleurs, je la compare très souvent à un Disneyland géant ! J’affectionne particulièrement l’Ardèche méridionale, l’Aquitaine et son bassin d’Arcachon et l’ensemble des Alpes... et ce bon vieux Val-d’Oise of course !

Vous l’aurez deviné, j’aime également l’informatique. Il s’avère que j’arrive souvent à dépanner des ordis qui buggent. Une fois, j’ai même réparé un ordi portable en « cuisant » sa carte mère au four ! J’ai prolongé sa vie de presque 1 an, amazing n’est-ce pas ?

Raconte-nous tes débuts chez Val d’Oise Communication ?

Je travaille chez Val d’Oise Communication depuis octobre 2019.
Avant, je suis passé par le print. J’ai dirigé une société de photocomposition, puis je me suis perfectionné dans le PAO (Publication Assistée par Ordinateur).
Ensuite je me suis intéressé au web. J’ai pu créé plus d’une vingtaine de sites avant d’arriver, dont beaucoup sur WordPress.
Après avoir postulé 3 fois à l’offre d’emploi, j’ai réussi à décrocher le fameux « entretien d’embauche » où ils étaient 4 à m’interroger. Apparemment j’ai même réussi à répondre à la question piège « Quel genre de musique écoutez-vous ? » (je ne vous donnerai pas la réponse !).

Dis-nous tout sur ton évolution au sein de VOC !

So, depuis plus d’1 an dans l’agence j’ai pu mettre en ligne plus d’une dizaine de sites, dont au moins 3 sites e-commerce.
Malgré le fait que je possédais une solide expérience en tant que développeur web, depuis que je suis là j’ai énormément appris sur le fonctionnement back-end de WordPress, le PHP en général, et même pas mal de Javascript (only the real ones know).
Je pense avoir réussi à m’intégrer dans un groupe de jeunes « barjots » malgré une sortie un peu désastreuse au Parc Astérix avec l’ensemble de l’équipe… But sorry, it’s a secret… 🤫

Décris-nous une semaine type que tu passes dans la boîte (et ton rythme en « travail partiel »)

Malgré un grand nombre de sites à développer, je ne travaille actuellement que 4 jours par semaine. Avec l’aide d’outils dédiés, notre directrice artistique Julie arrive à designer et développer les sites en autonome.
En clair, mon travail consiste essentiellement à développer les modules, les APIs et les fonctions qui ne sont pas forcément prévus par le WordPress. Par exemple le développement d’un mini questionnaire pour un de nos clients pour savoir si l’ordonnance d’un ophtalmo est encore valable… 👋 ODH Mobile.

Mon autre rôle est de maintenir à jour les sites internet de nos clients.
Pour cela, tous les mois, je fais une veille sur les évolutions de WordPress, des plugins ou encore des langages informatiques. J’applique les mises à jour des clients qui ont souscrit à un contrat de maintenance et je réalise des améliorations continues des sites en fonction de leurs besoins.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton travail ?

J’avoue que j’adore la difficulté ! Ensuite, j’aime trouver la solution afin de faire fonctionner la fonction désirée. J’aime bien coder, mais je crois être particulièrement performant en tant que développeur-documentaliste. Si cela a déjà été fait, je vais le trouver. Étant donné que ma langue maternelle est l’anglais, i’m a little avantagé dans mes recherches. 😉

Parle-nous de ta plus grande fierté dans ton travail ?

Lors de mon entretien d’embauche, il y avait beaucoup de questions autour des fonctionnalités pour le site PresquePro (un de nos clients). Le site a été très complexe à développer, particulièrement dans sa gestion d’utilisateurs. En fonction du type d’utilisateur, certaines pages et certaines fonctionnalités doivent être présents ou pas. Le module de paiement Mangopay, destiné à des sites multi-vendeurs, a également été difficile à mettre en place étant donné que le site est destiné lui à mettre en relation des étudiants architectes d’intérieurs et des clients finaux.
Je trouve la raison d’être du site louable et le résultat me plaît énormément, même si j’y ai passé beaucoup plus d’heures que prévu !

As-tu une anecdote croustillante à nous livrer ? On veut tout savoir !

Vous voulez tout savoir ? Great ! Je vais même vous en donner 2 !

Anecdote 1

Pendant la réalisation de PresquePro, j’ai pris du retard sur le planning. J’ai donc proposé de travailler le week-end chez moi et j’ai promis que lundi matin, je serais à jour. Pendant ce week-end, je me suis rendu compte que ma méthode n’était pas la bonne et j’ai remis en question plusieurs jours de travail… Damn !
Donc le lundi matin, j’ai dit à David, notre Directeur des Opérations, que j’étais encore moins avancé que le vendredi soir et pas du tout prêt à livrer le travail.
Je lui ai dit que je comprenais s’il me licenciait ou demandait ma démission. Sa réponse a été : « Déterminé le Richy. Tu fais ce qu’il faut et ensemble nous livrerons un résultat final irréprochable ! ».
Aujourd’hui, je lui en suis très reconnaissant puisque ce fut une mission réussie !

Anecdote 2

Comme vous le savez, je suis toujours en plein apprentissage d’une nouvelle langue et de la culture qui va avec. La plupart de mes collègues ont l’âge de mes enfants et ils utilisent des mots totalement inconnus comme « cheum », « déter » ou encore « schmet ». Tous les mots semblent raccourcis ou modifiés ! De toute évidence, les mots comme « lol » ou « cool » sont déjà dépassés.

Idem pour la musique de tous les jours : PNL, Ariana Grande, Lindsey Stirling… sont mon quotidien chez Val d’Oise Communication.

Un dernier mot pour la « FAIM » ?

Cette agence est empathique.
Pour nos clients, nous trouvons des solutions gagnantes-gagnantes.
Au bureau, l’ambiance ressemble beaucoup à une équipe de sport collective où tout le monde œuvre dans un but commun.
Comme j’ai l’impression que nous gagnons souvent (on fait tout pour !), nos réunions hebdomadaires du lundi alias « The David Show » ressemblent souvent à un vestiaire à la fin d’un match victorieux.
La bonne humeur de Val d’Oise Communication est contagieuse. On le ressent chez mes collègues, mais également dans nos projets et chez nos clients.
Vive la raclette !


C’est sur ce motivant speech dont seuls les américains ont le secret que s’achève le cinquième volet de la série !

If you have any question, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Rich vous lira et vous répondra avec grand plaisir !

À très vite pour de nouveaux articles et un nouveau portrait… OH YEAH !