5 étapes pour créer son identité de marque

NOTER CET ARTICLE :
[Total des votes : 2]

Une marque sans identité, c’est comme une voiture sans essence : ça ne peut pas fonctionner. Et pour se forger une identité de marque professionnelle et efficace, plusieurs étapes sont à respecter. Nous vous en dévoilons 5, les mêmes que nous utilisons avec nos clients.

L’identité d’une marque va être ce qui va la définir et ce qu’elle va véhiculer. Quand vous pensez à Fanta par exemple, vous pensez à des couleurs vives et des formes rondes avec en ligne de mire, la jeunesse. De son côté Red Bull représente le dépassement de soi avec deux couleurs fortes : le bleu et le rouge. Dyson, lui, grâce à sa police et à son logo, met en avant la pureté et la simplicité. Mais toutes ces marques, avant de devenir aussi célèbres, ont pensé à se créer une identité.

Chez Val d’Oise Communication, la création d’identité de marque se fait en 5 étapes.

Chez Val d'Oise Communication, il y a 5 étapes à la création d'une identité de marque.

Comprendre l’univers du client

La création d’une identité de marque ne se fait pas sans une réflexion préalable. C’est pour cela qu’il est très important dans un premier temps de comprendre la marque afin que son identité lui corresponde parfaitement. En d’autres termes, il faut savoir ce qu’elle propose, connaître son histoire si elle en a une et demander au client de définir, avec ses termes, ce qu’il propose, comment il le propose et quelles sont ses valeurs.

Suite à ces différents échanges nourris entre le client et l’agence (qui se font vraiment au démarrage de la relation), cette dernière va en extraire les idées fortes. Par exemple, telle marque met l’humain au centre de ses valeurs ; une autre entreprise, en revanche, transpire l’expertise. Ces mots forts, son A.D.N, vont permettre de connaître l’identité de la marque et d’avoir tous les éléments pour la faire naître et évoluer.

Suite à ce partage d’informations, il est important de construire un outil de travail appelé le mood board. L’objectif étant de définir les couleurs à adopter, la police à sélectionner, les logos appréciés par le client. Cela permettra de lui proposer des créations en adéquation avec ses goûts et ses valeurs, un logo qui lui ressemble. On lui demandera aussi d’associer des photos avec les mots-clés qu’il a choisis. Tous ces éléments permettent de comprendre l’univers de la marque. Une fois et seulement une fois qu’on a assimilé cet univers, on peut passer à la seconde étape.

Le moodboard est essentiel ! - Val d'Oise Communication

Créer sa charte graphique et son logo

Une marque, c’est aussi d’abord un logo. Adidas, Coca-Cola, Apple possèdent des logos simples et qui collent parfaitement à leur identité. Cette étape est déterminante, car le logo est souvent la première chose que remarque un potentiel futur client. Plus il sera identifiable, et donc reconnaissable, et plus votre entreprise se démarquera.

Pour créer un logo, il faut d’abord « veiller » en parallèle des différents échanges avec le client. C’est-à-dire, s’inspirer de l’existant sur le web et des évolutions. La directrice artistique va ensuite définir des mots-clés synonymes à ceux du client et des formes ressemblantes. Selon ces mots clés et ces formes, une trame se met en place. Par exemple, si la marque veut appuyer sur le côté humain, l’équipe va plutôt proposer, des couleurs qui donnent confiance et des formes rondes. Elles seront alors utilisées dans les polices et dans le logo avec l’objectif principal de rassurer. Une entreprise qui veut montrer son expertise (par exemple un industriel) va se voir proposer des couleurs et un style différent en fonction du résultat de ce travail préalable.

Le logo fait alors partie de la charte graphique. Celle-ci comprend le logo, mais aussi ses déclinaisons et ses règles d’application (espace de sécurité, logo à utiliser selon le fond, ex : un logo blanc avec fond blanc ce n’est pas possible). C’est pourquoi, cette charte comprend aussi les interdits : déformer le logo, changer sa police et ses couleurs. Pour finir, on y trouve aussi la colorimétrie, la typographie et les applications types (par exemple son utilisation sur une carte de visite) de tout ce qui est défini dans cette charte. La charte est le socle de votre identité de marque.

Le logo fait partie intégrante de la charte graphique - Val d'Oise Communication

Créer la charte éditoriale

À la suite de cette charte graphique, vient l’heure de la charte éditoriale. À vous (le client) de réfléchir à la manière dont vous souhaitez vous exprimer auprès de vos prospects, vos clients. Vous devrez choisir vos territoires d’expression (s’il est pertinent pour vous de parler ou de réagir à tel sujet), ainsi que les éléments de langage à adopter (si vous tutoyez ou vouvoyez vos clients, par exemple).

L’important ici, est de se pencher sur le ton à adopter pour parler à sa communauté (décalé, sérieux, informatif…), mais aussi pour parler de sa marque (je, nous, notre entreprise…). Plus précisément, la charte éditoriale doit aussi régir le type de mise en forme, l’utilisation (ou non ❌) d’émojis, la structure d’une publication sur les réseaux sociaux ou encore le lexique de marque et les expressions à bannir. Ces différents éléments sont cruciaux, car ils pourront être identifiés sur vos flyers, vos brochures, sur les réseaux sociaux et même sur votre site internet. La communication écrite fait partie intégrante de votre identité.

Il faut harmoniser ses supports - Val d'Oise Communication

Harmoniser les supports

Après la création et la validation de tous ces éléments, on travaille sur les différents supports. Souvent, c’est avec la carte de visite que l’on va pouvoir valider les éléments d’environnement. Sur ce support, on retrouvera bien évidemment les points présents dans la charte graphique (logo en tête). Mais il faut aussi déterminer les autres éléments de cette carte. Quid de la présence de photo, d’icône ou d’un aplat de couleur ?

Quoiqu’il en soit, l’objectif reste l’harmonie générale. Suite à la validation de l’environnement, on peut décliner ces préférences sur d’autres éléments. Par exemple, l’un de nos clients voulait des portraits avec les visages des membres de son association sur la carte de visite. Logiquement, le site internet à suivi. L’objectif est que tout soit similaire et harmonieux. Si on choisit un élément graphique spécifique, il faut qu’il soit réutilisé partout.

Il faut harmoniser les supports - Val d'Oise Communication

Harmoniser l’univers graphique

Toujours avec en ligne de mire l’identité de sa marque, l’univers graphique va venir embrasser cette identité. Il va être constitué des points déjà évoqués et en intégrer d’autres. Ainsi, on peut instaurer des petits personnages sur les visuels que l’on va retrouver partout. Ils ne font pas partie de la charte graphique, mais ils s’intègreront à l’univers graphique qui est plus large que la charte (on peut y mettre les personnages ou les mascottes, comme pour le chat de Feu Vert ou les fruits d’Oasis).

L’univers graphique évolue, il n’est pas fixe. De son côté, la charte sera aussi amenée à évoluer avec le temps. Mais l’univers graphique reste plus flexible : il peut changer en fonction de certaines campagnes. Surtout, il s’adapte aux événements. Par exemple, à Noël ou pendant l’été, il peut y avoir des déclinaisons de l’identité de marque, voire des campagnes spécifiques. Mais celles-ci restent temporaires et surtout correspondent TOUJOURS à l’identité de la marque. Dans ces déclinaisons, la charte doit toujours être respectée.