Nos incroyables partenaires #1 : Aurore Bonavia, notre avocat en droit du digital

NOTER CET ARTICLE :
[Total des votes : 3]

Aujourd’hui, nous vous présentons la suite logique de notre série d’articles « Notre folle équipe » où nous mettons en avant… nos partenaires exclusifs ! Ils partagent un bout de chemin avec nous et nous accompagnent dans cette belle aventure. Surtout, ils viennent nous épauler et nous apporter leur expertise sur des domaines bien précis.

C’est donc avec un plaisir non dissimulé que nous vous parlons de notre avocate : Aurore Bonavia. Charmante, persévérante, réactive, mais surtout experte du droit, elle a répondu aux questions de Val d’Oise Communication avec beaucoup d’enthousiasme ! 🙏

Peux-tu nous expliquer un peu qui tu es, et les valeurs qui te tiennent à cœur ?

« Je me présente ! Aurore Bonavia, 31 ans, avocate depuis 2015 et toujours le sourire ! 😁

Aurore Bonavia, notre avocate - Val d'Oise Communication

Mon parcours professionnel ? J’ai débuté la fac de droit à l’Université d’Aix-Marseille, après un bac ES en poche. J’ai parcouru les 5 années au sein de cette faculté : d’abord à Marseille en obtenant une Licence, puis à Aix en obtenant un Master 1 en droit des affaires, puis un Master 2 en propriété intellectuelle et nouvelles technologies, complété par le DJCE (Diplôme de Juriste Conseil en Entreprise).

Vous l’aurez compris je suis native de Marseille (allez l’OM !) et le parcours a été long ! Je suis arrivée en région parisienne en septembre 2012 après l’obtention de mes diplômes, j’ai passé l’examen d’entrée à l’école d’avocat en 2013 et j’ai été diplômée en 2015. J’ai d’abord travaillé au Barreau de Paris jusqu’en 2017. L’année suivante, j’ai choisi d’intégrer le Barreau du Val-d’Oise, un Barreau plus proche de mes valeurs.

J’entends par là, la transparence, l’écoute, mais aussi la réactivité. Il y a encore beaucoup de valeurs qui me tiennent à cœur, mais difficile de toutes les citer : honnêteté, alliance… d’ailleurs le petit « slogan » que j’avais imaginé (mais rien d’original) est : « créer une véritable alliance pour une réussite commune ». Je trouve cela authentique et véridique !

Comment as-tu été amenée à travailler en relation avec Val d’Oise Communication ?

Je croisais William régulièrement dans les différents réseaux professionnels du Val-d’Oise, nous échangions régulièrement et nous avons constaté que nous partagions les mêmes valeurs. Nous côtoyons également des personnes en commun, ce qui nous a permis de confirmer que nous avions la même vision des choses ! 👌

C’est alors tout naturellement que nous en sommes venus à échanger sur une relation de travail commun.

Si tu devais décrire en 3 mots ta relation avec l’agence VOC, qu’est-ce que ce serait ?

3 mots ? C’est tellement difficile : confiance, alliance et écoute. Mais il y en a tellement plus !

Aurore Bonavia dans les locaux de VOC - Val d'Oise Communication

Et alors, comment se passe une journée type dans ta peau ?

Ahaha, aucune journée, AUCUNE ne se ressemble dans ce métier et c’est cela qui me passionne. Aller, si je devais vous décrire ma journée type, ça serait :

8h 8h30, début de la journée au cabinet avec un bon café, échanges avec ma collègue de bureau et mes stagiaires. Ensuite, je traite mes mails, réponds aux appels ou rappelle les clients/prospects. J’essaye de faire du « fond » : dans le jargon, cela veut dire traiter un dossier en rédigeant des actes (contrats, assignations, conclusions).

Bien entendu, la journée est ponctuée par des demandes urgentes de clients par mail ou appel « j’ai reçu un contrat, je dois le valider ce soir, pouvez-vous le relire et me faire part de vos commentaires ? ». Entre-temps pause déj’, toujours avec ma collègue de bureau et mes stagiaires (quand ils ne sont pas en télétravail).

Parfois, il y a aussi des audiences : le matin ou l’après-midi… cela dépend des journées. Le reste du temps, on avance sur les dossiers avec mon équipe, on gère les urgences clients qui ne sont pas les mêmes que les miennes. Une journée « normale » se termine généralement vers 19h30 – 20 h. Mais vous savez, quand on est passionnée, on ne voit pas le temps passer. 😌

Quels seraient tes meilleurs conseils pour les personnes intéressées par ton métier ?

Work Penguin GIF - Find & Share on GIPHY


Les meilleurs conseils ?! Je parlerais directement du PLUS IMPORTANT à mes yeux : le travail ! Ma grand-mère m’a toujours dit « le travail paye ma p’tite fille » (avec l’accent marseillais) et je le constate chaque jour.

Autres conseils : ne jamais lâcher, s’accrocher, ne pas oublier ses valeurs et d’où l’on vient !

Excepté ton domaine, quelles sont tes passions ?

Sport Goal GIF by Superliga - Find & Share on GIPHY


J’adore le handball : je pratique ce sport depuis le lycée, donc depuis une bonne quinzaine d’années. Depuis l’arrivée du Covid, j’ai été contrainte de stopper ce sport et cela me manque énormément. J’aime tellement l’esprit d’équipe du sport, les pointes d’accélération et surtout l’objectif final : gagner ou du moins tout faire pour y arriver. Je joue en loisir avec l’équipe de Handball de Conflans-Sainte-Honorine (78), j’occupe le poste de pivot ou d’ailière gauche !

Sinon, j’aime beaucoup cuisiner et lire des romans policiers ou plus légers encore (histoire de couper avec le travail) et ma ville d’origine : Marseille avec ses calanques, ses beaux paysages, la plage, le soleil… Que de souvenirs ! 🥰

As-tu une anecdote croustillante à nous livrer ?

Alors là, très difficile… croustillante ?! Je sèche ! Rien de bien croustillant, mais une qui me vient en tête :

Un jour, un prospect me contacte, car il estime qu’un rappeur très connu a copié sa mélodie… il m’envoie la mélodie qu’il a « créé » et la musique du rappeur.

L'anecdote d'Aurore Bonavia et de son métier d'avocate - Val d'Oise Communication

Heureusement, il m’a envoyé ces éléments avant le rendez-vous : j’ai bien rigolé. À l’écoute de sa mélodie, j’avais l’impression d’écouter un enfant qui apprenait à jouer du piano en tapant sur une touche l’une après l’autre. Ensuite, j’écoute le son du rappeur en question, mais comment dire… aucune ressemblance à l’oreille. Certes, dans ce genre de dossier, il faut en général nommer un expert. Quand j’ai dû expliquer cela au prospect, il voulait « qu’on s’arrange »… Je n’ai pas demandé plus de détail et j’ai gentiment clôturé ce rendez-vous. Peut-être qu’un jour je le verrai à la télé!

Bon, mon anecdote est beaucoup moins croustillante que celle de Brice, mais je n’ai pas eu la chance d’être invitée par un beau trader à dîner ou déjeuner 😉 encore moins pour la Saint-Valentin !

C’est ici que s’arrêtent mes réponses, merci de m’avoir lu jusque là, on se retrouve sur les posts déjantés de nos amis de chez VOC !« 

On vous attend encore plus nombreux pour la suite. Ah ! Et surtout restez connectés : comme on vous l’a dit, la série ne fait que commencer ! 😇